Tapis volant !

Laos, Plateau des Bolovens 

Fermez les yeux. Imaginez-vous assis confortablement dans votre canapé et que vous volez, en toute douceur, dans la forêt ! C’est pas mal, non ?

Hé bien faire une promenade à dos d’éléphant donne exactement la même sensation. La démarche de l’éléphant est toute souple. C’est comme s’il était doté de bons gros amortisseurs. Ça ne secoue donc pas du tout.

J’espérais bien avoir l’occasion de faire cette expérience pendant notre voyage mais je n’avais pas trop envie de la faire à la queue leu-leu avec des dizaines de touristes, dans un lieu sans charme. L’occasion s’est présentée quand nous sommes allés passer une journée dans le Plateau des Bolovens.

Le Plateau des Bolovens est un plateau situé en altitude (on était environ à 600-700 mètres) à l’est de Paksé, au Laos. En fait, c’est une région qui comporte beaucoup de chutes d’eau, certaines assez jolies. C’est aussi un coin de pays que presque tout le monde visite à moto. D’ordinaire, dans ces pays on privilégie l’usage de la moto quand les routes sont en mauvais état. Or, elles étaient en très bon état. Peut-être n’était-ce pas le cas il y a quelques années…

Il y a aussi des villages habités par les minorités ethniques. Nous en avons visité un, tout petit, dont les deux-trois routes étaient impraticables en voiture. Vraiment impraticables. Il y avait beaucoup d’enfants, dont certains âgés d’au plus 12 ans qui fumaient de très grosses pipes. Beaucoup étaient tous nus, ou ne portaient qu’un chandail, pas de culottes ni de pantalons. Et ils étaient trèèèèssssss sales. Crottés comme il faut. Je n’avais jamais vu des enfants aussi sales. Alors j’imagine que le degré d’hygiène fait partie des indices de pauvreté parce qu’ils avaient manifestement très peu d’argent.

Quand nous avons fait notre promenade à dos d’éléphant, nous avons marché dans le bois à des endroits difficilement accessibles. À un moment, l’éléphant a vu les feuilles d’un arbre qui lui faisaient envie et a décidé d’aller se chercher son snack. Bien sûr, ce n’était pas le bon chemin à prendre. Alors le guide, tout doucement, lui a dit en Lao d’éclaircir le chemin. Gentiment, l’animal a obéi. C’était assez impressionnant de voir la facilité avec laquelle il a arraché et cassé les branches. On a aussi traversé un autre village habité par une minorité. Ça semblait aussi pauvre que le premier que nous avons visité.

Alors la balade à dos d’éléphant, si vous avez l’occasion d’essayer une bonne fois, n’hésitez pas ! Moi, en tous cas, j’ai adoré !

Publicités

3 réflexions sur “Tapis volant !

  1. Wow quelle belle expérience et pas juste pour l’éléphant.

    Dans les reportage on voit des enfants sales mais je croyais que c’était arrangé avec le gars des vus.
    Tu dis que la saleté des enfants est dû a la pauvreté. Mais ça ne serait pas plus la mentalité et le manque d’organisation car tu dis aussi qu’il y a des belles chutes d’eau .

    J'aime

    • En fait, les chutes d’eau et les rivières n’étaient pas à proximité de ce village. Ils n’avaient pas l’eau courante dans leurs maisons car on a vu un puit, au centre du village. Souvent, avec la pauvreté matérielle vient aussi la pauvreté intelectuelle, le manque d’éducation. Comme ces minorités vivent renfermées sur elles-mêmes, elles n’ont probablement pas l’occasion de cotoyer d’autres personnes et d’apprendre d’elles. Cela perpétue donc le manque d’hygiène général.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s