Mui Ne beach, Saigon et le delta du Mékong

Vietnam, Mui Ne Beach

On est allé à Mui Ne Beach pour aller à la beach. On a de la suite dans les idées, n’est-ce pas ? Et aussi pour voir les dunes de sable comme celles qu’il y a au Sahara mais en beaucoup plus petit. Et puis pour préparer la suite du voyage, prendre le temps de lire un peu sur Saigon et le Cambodge. On serait probablement partis avant si la guesthouse (Duc Thao Guesthouse) qu’on avait trouvée n’avait pas été aussi agréable. Prenez un motel, enlevez le stationnement et remplacez-le par un joli petit jardin avec des tables à pic-nic et vous y êtes. Alors pour lire et relaxer, c’est idéal.

On est donc allés voir les dunes de sable. Il y en a une de sable blanc et une autre de sable jaune. Ça vaut la peine d’être vu sans que ce soit hallucinant. Mais si vous avez déjà vu le Sahara, ça vous décevra. Moi j’étais contente.

Il y a un truc qui vous ennuiera probablement si vous allez au Vietnam, ce sont les non-dits. C’est-à-dire qu’on oublie de vous dire que l’accès à tel truc que vous allez visiter avec le tour n’est pas compris. En arrivant aux dunes de sable blanc, on nous a demandé de payer l’entrée. On nous l’avait pas dit. Et juste après, quand on est arrivés aux dunes à proprement dites, on nous a vous expliqué qu’on pouvait se rendre sur les dunes à pied ou louer un 4-roues à 20 $ pour une demi-heure. On a 40 minutes devant soi. C’est juste. Et moi marcher sur les dunes, quelques pas ça va mais pas vraiment plus. J’ai dû faire pitié parce que le chauffeur de la jeep qui nous a amenés m’a négocié le dépôt sur les dunes gratuitement. Vous voyez, gentils et pas gentils ? (voir mes articles précédents). Seb était bien étonné de me voir passer devant lui à l’arrière d’un 4-roues. Moi itoo. 😉

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous voyez le 4-roues ? Dessus, c’est moi !

Quant à la plage, elle n’était accessible que par les resorts qu’il y a tout le long du bord de l’eau. C’est dommage qu’en théorie on doive payer pour aller à la plage mais le proprio de la guesthouse nous a dit de passer par le grand hôtel. Alors c’est ce qu’on a fait et personne ne nous a rien dit. Selon Seb, comme à Nha Trang, l’eau était parfaite. Mais pour le coup d’oeil, j’ai trouvé que la mer à Nha Trang était plus jolie parce qu’il y avait des îles et des montagnes qui plongeaient dans l’eau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le resort par lequel on passait pour aller au bord de la mer.

Alors Mui Ne, c’était parfait pour nous à ce moment-ci du voyage d’y rester un moment mais si non, je ne pense pas que ça mérite d’y passer plus de deux jours.


Vietnam, Ho Chi Minh Ville (Saigon)

Ouf ! C’est méchamment bruyant Saigon ! Moi, ça m’épuise. Par endroit, la circulation est juste complètement folle ! D’ailleurs, les Vietnamiens n’ont aucun mal à percevoir notre appréhension lorsqu’il nous faut traverser une artère passante car à deux-trois reprises, on nous a accompagné spontanément. Petit aveu : je suis soulagée de ne pas avoir le poids de la décision de mettre un pied devant l’autre… Je préfère allonger le bras pour signifier aux motocyclistes qu’on traverse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ceci dit, le petit quartier où nous logeons est agréable. Il y a un long parc tout près, ce qui apporte un peu de calme. Notre hôtel, plutôt moyen (sûrement le pire depuis le début de notre périple en fait), est situé dans une petite ruelle où les voitures ne peuvent passer. Il y a des restos et des bars à proximité. Les bars mettent en première ligne de belles demoiselles habillées de façon aguichante afin d’attirer la clientèle et l’inciter à consommer. On imagine sans peine qu’elles acceptent d’offrir un service personnalisé en fin de soirée aux clients potentiels… contre échange monétaire bien sûr !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

On découvre en se baladant dans les ruelles des scènes de vie comme l’intérieur des maisons ou des femmes qui pratiquent leur métier directement sur la rue.

Nous avons visité deux musées, l’un sur les atrocités de la guerre du Vietnam et l’autre sur l’histoire du Vietnam. Plutôt intéressants. Le premier comme le deuxième sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Il y a cependant une section du musée de l’histoire qui ne l’est pas (il y a environ une douzaine de marches pour y accéder). Le contenu est intéressant bien qu’encore une fois la présentation laisse vraiment à désirer. Faut dire qu’au Québec, on est gâtés à ce niveau-là avec nos centres d’interprétations !


Vietnam, Delta du Mékong

Une excursion sur le delta du Mékong, c’est pas facile à faire quand on est une personne handicapée et qu’on veut prendre part à une visite de groupe. Je vous explique pourquoi. La plupart des tours organisés planifient deux types de bateaux : l’un pour aller visiter le marché flottant et un plus petit pour aller dans les canaux. Le petit bateau, plat, long et étroit aux sièges bas semble plutôt instable pour une personne comme moi qui a besoin de largeur et de points d’appui pour rester en équilibre et s’asseoir et se relever. Même avec de l’aide, je ne peux pas. De plus, ces tours s’arrêtent plusieurs fois pour visiter tel et tel truc, alors la complexité de monter et descendre du bateau se déculpe. Heeee…. non ! Pas faisable.

Alors que fait-on ? Hé bien on fait un tour privé qui nous coûte les yeux de la tête : 200 $. Est-ce que ça valait le prix ? Non. Est-ce que c’était bien ? Heeee… ça dépend. Est-ce que je suis contente de l’avoir fait quand même ? Oui.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le problème quand on voyage, c’est qu’on prend de l’expérience et qu’on a des points de comparaison. Le marché flottant est un endroit du delta où les cultivateurs de fruits viennent vendre leur marchandise sans descendre de leurs bateaux. Beaucoup de marchands et de revendeurs viennent s’approvisionner ici. C’est bien mais le lac Inlé au Myanmar présentait beaucoup plus d’intérêt. Au lac Inlé, il y avait des maisons sur pilotis dans l’eau, des plantations de tomates hydroponiques, des pêcheurs sur leurs barques et leur manière typique de les faire avancer avec un seul pied pendant que l’autre pied et leurs bras servent à manipuler leur filet de pêche. Il y avait aussi un joli cadre de collines, un marché sur le quai où venaient s’approvisionner les ethnies des montagnes et le tour durait un bon moment.

Bien sûr, lors de notre balade sur le delta du Mékong on nous a fait visiter un verger ce qui nous a permis de voir à quoi ressemblaient les arbres de certains fruits vendus dans les marchés. On a aussi visité une fabrique de nouilles de riz. C’était instructif, mais pendant ce temps, on nous pousse à la consommation. Notre guide avait l’air de nous trouver cheap quand on a décliné son offre de nous asseoir pour relaxer… et goûter des fruits. Il y avait des tours de groupe où plusieurs autres activités étaient comprises, activités que je ne peux pas faire.


Trouvez la logique
Les personnes handicapées ont des limites, elles sont donc un peu malchanceuses, et à cause de ces limites, leur accès à l’emploi est… limité. Il est donc reconnu que de façon générale les personnes handicapées sont moins bien nanties que la population en général. Lorsqu’elles veulent accéder aux mêmes rêves que les autres, ça finit par leur coûter plus cher parce qu’elles doivent payer pour les services ou adaptations dont elles ont besoin !!!

Ceci dit, ce que j’en retiens c’est que même si ça me coûte un peu plus cher, je suis vraiment super chanceuse. J’ai un peu d’argent pour voyager (j’en n’aurai plus après mais bon ça c’est une autre histoire et c’est un choix que j’ai fait et je vis très bien avec), j’ai un super chum qui m’aide dans tout sans qui je ne pourrais tout simplement pas voyager, et surtout, surtout, je peux encore marcher. 🙂


Alors je m’attendais à ce que le delta du Mékong soit plus tranquille, avec de jolies berges sauvages, quelque chose de charmant. Je n’ai pas trouvé. Je suis un peu déçue. D’autres vous diront que c’est super. Ça doit effectivement l’être si on a jamais rien vu de semblable parce que c’est quand même singulier, de voir ces bateaux remplis de fruits sur lesquels les gens dorment parfois lorsqu’ils apportent leur cargaison sur le delta pour la vendre. Mais si vous avez le choix, allez vite sur le lac Inlé au Myanmar. Vite vite avant que le pays ne se développe trop et ne devienne trop touristique. Je suis quand même contente d’avoir vu le delta du Mékong car aller au Vietnam sans le voir, c’est un peu comme aller à Paris sans voir la tour Eiffel.

Demain : le Cambodge
Hé oui, c’est déjà la fin. À 8h30 demain matin on prend le bus pour le Cambodge. Premier arrêt : Phnom Penh. J’ai bien hâte de découvrir le Cambodge et ses habitants. On dit qu’ils sont bien différents des Vietnamiens. On nous a aussi dit que le Cambodge est le Vietnam d’il y a vingt ans. Youpi, un nouveau voyage ! 🙂

Publicités

4 réflexions sur “Mui Ne beach, Saigon et le delta du Mékong

  1. J’ai bien apprécié notre visite au Vietnam et j’ai bien hâte de lire le Cambodge. Je savais qu’au Québec on était bien mais en te lisant on le vois bien plus.

    J'aime

  2. C’est vrai que tu nous fais bien visiter, Aube. On n’a pratiquement pas besoin de photos – mais on aimerait bien en voir quelques-unes quand même 😉
    Merci de mettre les choses en perspective, de comparer les sites… et de nous faire comprendre qu’une personne handicapée est doublement désavantagée à cause des coûts supplémentaires. Bien vrai que c’est injuste.
    Hâte de connaître vos premières impressions sur le Cambodge. (Embrasse ton chum et dis bonjour à Pierre-Jacques pour moi.)
    Bonne continuation!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s