I like your love !

Laos, Luang Namtha

On part se promener, arpenter les rues de cette petite ville, qui n’a pourtant rien d’exceptionnel. D’une maison, de la musique joue à tue-tête. Des gens y sont rassemblés. Une femme qui remarque qu’on les regarde, nous fait signe d’approcher. Bah ! Pourquoi pas ! Alors on y va. Pas une seconde plus tard, on nous offre une bière. Je refuse : je n’aime pas la bière. Aussitôt, on me propose une bouteille d’eau. Sympathique ! On arrive à savoir en quel honneur est donné cette fête : le patron de la banque du coin pend la crémaillère ! Tiens donc, ils ont aussi cette coutume ! Une femme vient voir Seb avec un verre de bière. Elle le force à faire cul-sec. Parait que ça porte bonheur.

Un jeune homme, en état d’ébriété bien avancé, se prend d’affection pour nous. Il parle très peu anglais et aimerait tant en dire plus que ce qu’il est capable. Il nous demande si on forme un couple. Il est étonné que ce soit le cas et admire Seb. Il ajoute que c’est une bonne personne parce qu’il prend soin de moi. Enfin, il nous dira au moins 20 fois (je n’exagère pas mes chiffres 😉 : I like you ! I love your family ! I like your love ! Trop comique. On s’en souviendra longtemps. 😉


Il n’est pas le premier, dans ce pays, à me mentionner que Seb est un bon gars parce qu’il prend soin de moi. D’autres s’arrêteront aussi pour me dire combien je suis chanceuse. D’autres encore me diront qu’il est sans doute le seul sur terre ainsi !

Bien qu’ils n’aient pas entièrement tort, il peut devenir tannant à la longue d’avoir l’impression, par ces commentaires, de n’être qu’un poids pour quelqu’un. S’il est vrai que dans nos pays il est difficile pour une personne handicapée de se trouver un amoureux ou une amoureuse, j’ose quand même croire que mon Seb adoré est aussi heureux dans cette relation et que je lui apporte malgré tout beaucoup.

Le lendemain de cette invitation à cette fête, un homme à moto s’est arrêté pour nous inviter chez lui. Suite à un accident, il est resté handicapé. Il a du mal à marcher comme à parler. Nous avons rencontré sa femme et ses deux adorables petites filles. Bien que son anglais soit très limité, sa femme a quand même été capable de nous livrer un témoignage qui sans m’étonner, m’a quand même bouleversée. Elle nous a dit en somme ceci : « Plusieurs personnes me demandent s’il est mon mari. Je leur réponds que oui. Elles me disent, ah bon, tu sors avec lui, même s’il est comme ça ??? Ils ne comprennent pas ! ». Des larmes coulaient de ses yeux pendant qu’elle nous racontait son histoire. On sentait à quel point ces remarques répétées sont douloureuses à entendre pour elle.

Il n’est donc pas étonnant que le Laos offre peu de compassion envers les personnes handicapées et que des aventures comme celles du Palais royal et du bus de nuit (voir mes articles précédents) puissent se produire. Ils ont beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir affirmer considérer tout le monde sur un pied d’égalité. Et je remercie le bon dieu d’être née au Québec. Qu’aurait été donc ma vie si j’étais née ici ?

Publicités

Une réflexion sur “I like your love !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s